by

Deep Fear sur Saturn : flippant !

Deep Fear est à Sega ce que Resident Evil est à Capcom. Ce titre entre donc bel et bien dans l’a catégorie du survival-horror mais avec une histoire bien plus détaillée appartenant à une époque toute aussi lointaine.

Deep Fear : l’histoire

Quelque chose vient de s’écraser en plein cœur de l’océan Pacifique. Il s’agit d’un objet non identifié qui prend la forme d’une capsule spatiale. Le sous-marin nucléaire Sea Fox est alors immédiatement envoyé en mission sur les lieux. Son objectif : remonter le mystérieux objet et le ramener à la base sous-marine « Big Table ». Sur le chemin du retour, alors qu’aucun incident ne s’est manifesté durant les premières minutes de sa mission, le sous-marin Sea Fox perd tout contact radio avec la base. Ses amarres se brisent et il finit sa route au fond de l’océan Pacifique. Pire encore, la centrale d’oxygène de la base sous-marine « Big Table » est mystérieusement touchée par une torpille. Pour couronner le tout, un inconnu semble avoir ouvert les écoutilles des missiles nucléaires, désormais prêts à être lancés à tout moment.

C’est là que le joueur entre en scène dans la peau de John Mayor, un ex-membre des forces spéciales devenu secouriste à la base. Précipité sur les lieux, il aura pour mission de mener une enquête pouvant amener le reste du monde à comprendre ce qui s’est réellement passé. Et à ce titre, le joueur va avoir son lot de surprises.

deep-fear-saturn-presentation

Du survival-horror pur et dur

Les autres fans du même genre de jeu reconnaîtront certainement ces quelques traits caractéristiques propres à Resident Evil de Capcom qu’on retrouve non sans surprises sur Deep Fear. En premier lieu le même style graphique avec les mêmes décors figés en 2D et les personnages en 3D. Le jeu comporte 2CD avec une introduction bien longue mais assez originale comme la majorité des vidéos qui composent le titre. Pour faire la différence entre les deux titres en comparaison, Deep Fear propose des vidéos exclusivement en images de synthèse et non en 3D temps réel comme sur Resident Evil.

Au cours du jeu, John Mayor – le joueur aura la possibilité de récupérer plusieurs types d’armes, grenades (à oxygène, classiques ou aveuglantes) ainsi que d’autres objets. Mais contrairement à Resident Evil, ici, le joueur ne pourra porter que deux armes à la fois. Il faudra donc penser à revenir à l’armurerie pour pouvoir changer d’armes ou/et recharger.

Bon nombre de joueurs vont également apprécier la possibilité dans Deep Fear de pouvoir lancer des tirs tout en effectuant un déplacement. Il ne s’agit plus donc – comme dans Resident Evil, de tirer, recharger, reculer et retirer. Il s’agit bel et bien de tirer à tout-va tout en prenant soin de reculer à la façon des vrais combattants de l’armée. C’est franchement plus appréciable étant donné que les ennemis sont aussi plus rapides dans Deep Fear. Et ici, on parle bien de monstres mais aussi d’animaux de toutes sortes : singes, chiens et aussi une vache à l’occasion.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.